Edito

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Edito

Trop souvent intégrée en aval des projets, comme un complément d’âme bienvenu et consensuel, la nature en ville est aussi un argument beaucoup avancé dans la campagne municipale par les futur.e.s élu.e.s, tous bords confondus.

Dans quelle mesure ces professions de foi vont réellement transformer le paysage de la commande publique (avant de transformer le paysage urbain) ? Les grandes annonces médiatisées (forêts en ville, fermes urbaines...) seront-elles suivies d’effet ? Et permettront-elles de lancer une dynamique durable qui se déclinera à toutes les échelles et sur tous les territoires ?

Le traitement qui sera fait de la nature en ville et plus largement la place de la biodiversité sera un enjeu majeur de l’aménagement dans les années à venir. Pour l’intégrer comme un véritable paramètre des projets, Il devrait impacter des évolutions profondes à la fois pour les professionnels de l’urbanisme sur les méthodes et pour les élus et les collectivités sur la commande. Ce sera un souhait en guise de voeux en ce début d’année.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Rencontre sur la Nature en ville, retour sur les échanges

Près de quarante personnes étaient présentes le jeudi 7 novembre 2019, à Agrocampus Ouest à Angers, dont une partie d'étudiants.

Les professionnels du paysage et de l’urbanisme du Grand Ouest se sont associés pour organiser un temps de rencontre-débat qui s’est déroulé en trois temps, traitant de la place de la Nature en Ville aussi bien en milieu urbain que rural, à l’appui de cas concrets dans l’Ouest, faisant ressortir la notion de densité, de pollution, d’allergies, de santé publique physique et mentale, de ville biophilique, de trames vertes, bleues, brunes, et de corridors écologiques.

Après une introduction par Amélie Decaux, membre de l’AUGO, Vincent Bouvier, enseignant-chercheur à Agrocampus, nous a fait un retour sur le programme de recherche intitulé «Urbanisme réversible en Anjou» mené depuis 2 ans avec des acteurs de la société civile, permettant de repenser les formes d’occupation des sols

http://www.environnement-urbanisme.certu.developpement-durable.gouv.fr/l-urbanisme-reversible-un-outil-d-amenagement-a177.html

Journée d’étude et d’échanges sur le thème de l’urbanisme réversible en juin 2018 :

https://paysages-territoires-transitions.cerema.fr/IMG/pdf/synthese_urbanisme_reversible_vf.pdf

Il nous invité à consulter à cette occasion le rapport sur l'artificialisation de 2017 réalisé par l'INRA.

https://artificialisation.biodiversitetousvivants.fr/bibliographie/artificialisation-sols-determinants-impacts-leviers

Ainsi qu’une thèse de doctorat ADEME «De la réversibilité des aménagements à la flexibilité des territoires : contribution juridique à la réversibilité» Chloé Bruneau.

Vincent Bouvier a évoqué plusieurs pistes de travail : des zones d'"urbanisation réversible" au sein de Plans Locaux d'Urbanisme, le travail sur des fondations démontables (technopieux), les logiques de cycle de vie / recyclage urbain. Il évoque la posture de Gilles Clément sur la prise en compte de la nature en ville, basée sur "la préséance du vivant" dans tous les choix opérés en matière d'aménagement.

Céline Levrard, Directrice du CAUE de la Sarthe et Présidente de la FFP Grand Ouest, et Sylvie Pigot, paysagiste conceptrice ont présenté une étude réalisée sur la ville de La Ferté Bernard, portant sur le maillage des arbres dans une ville rurale, et l’implication de la population. Un travail fin de diagnostic a mis en avant l'intérêt de préserver les grands sujets existants. Le réflexe est trop souvent d'adopter une logique de replantation d'arbres lors de nouveaux aménagements, sans faire l'effort de travailler autour des arbres existants. Cette approche nous invite à davantage d'humilité dans notre approche et un plus grand respect du vivant, passant par de la pédagogie.

Céline et Sylvie nous ont alerté sur les nombreuses maltraitances subies par les arbres en milieu urbain (étouffement par le bitume, stationnement automobile, ...). Les échanges dans le public ont ensuite abordé les concepts de trame brune, verte et grise, mettant en connexion les espaces de plein sol dans le prolongement des concepts de TVB. Les participants s'accordent sur la nécessité d'approches empiriques, sans choix préconçus, laissant la nature s'adapter. Il s'agit de tester, voir ce qui se pérennise, accepter les échecs. D'autres approches sont évoquées : méthode Myawaki, absence de vision utilitaire de la nature (la nature pour elle-même) ; ainsi que certaines expérimentations (Little Big Forest à Nantes, Jardin forêt comestible, Permis de planter à Tours le long des rues…).

La question culturelle semble être véritablement centrale, interrogeant notre rapport à la nature. Cela appelle à des postures plus humbles, hybrides entre urbain et nature, à l'opposé de la nature objet et simplement paysagère.

Timothée Naux, architecte de Agence TETRAC et Thomas Raimbault, ingénieur-paysagiste de l'agence Guillaume Sevin Paysages nous ont présenté le projet Climax projeté sur un ilot en renouvellement urbain à Angers, lauréat de Imagine Angers, l’API lancé par la ville d'Angers en 2017. L'ambition porte sur la réalisation d'un programme associant logements, commerces, ferme urbaine, dans un esprit low tech. Le parti retenu vise à laisser la nature prendre pleinement sa place. L'équipe souhaitait éviter l'écueil consistant à produire un projet puis à l'habiller par des éléments de nature. L'approche a au contraire pris un contrepied en cherchant à créer un biotope favorable au développement d'une végétation locale, inspirée des falaises schisteuses angevines, permettant une véritable diversité génétique. L'architecture devient colonisable par la végétation. Cette expérimentation a nécessité la résolution de nombreuses difficultés techniques pour garder les objectifs écologiques initialement fixés : entretien, perméabilités,...

Le débat a souligné combien les besoins de la planification urbaine et ceux des espaces naturels sont parfois contradictoires, avec les conflits d’usages apparus notamment au cours du XXe siècle avec le développement de la voiture.

Il a aussi permis de mettre en exergue l’importance de privilégier le bioclimatisme dans la planification urbaine, et pour deux principes majeurs : d’une part pour une redéfinition des emprises d'espaces publics, quitte à mixer les usages de façon réfléchie ; d’autre part de toujours identifier les exigences de l’espace naturel en amont des projets, rejoignant la devise de Gilles Clément.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Appel à contribution lancé par l’APERAU sur le sujet “La ville qui s’adapte. Développement urbain et héritage culturel face aux changements environnementaux”

Les 22èmes Rencontres internationales en urbanisme de l’APERAU se dérouleront cette année du 08 au 11 Juin 2020 à Rabat, Maroc.
Cette édition aura pour thème «La ville qui s’adapte. Développement urbain et héritage culturel face aux changements environnementaux »

L’appel à communications du colloque APERAU est à présent ouvert.
Date limite de réception des résumés : le 09 Février 2020
Retour du comité scientifique : le 24 février 2020.

Consulter le site du colloque ici

Le texte de l'appel du colloque

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

NOVABUILD lance son premier Appel à Solutions Climat

L'appel s'adresse aux acteurs de la construction.Les projets collaboratifs pourront regrouper des TPE-PME, ETI, des laboratoires, des organismes publics ou para-publics, des cabinets d’architectures, des entreprises unipersonnelles, des porteurs de projets individuels, ou des associations.

Les projets labellisés seront accompagnés par Novabuild notamment sur les enjeux climatiques, la protection intellectuelle,la recherchede financements, la numérisation, la recherche et la mise sur le marché.

Toutes les informations de l'appel à innovations dans le cahier des charges et ses annexes : https://www.novabuild.fr/appel-innovations

Envoyez-le dossier de pré-sélection avant le 27 février 2020 à Romain MARTEN - Chef de projets Innovation - 06 24 53 88 28 - innovation@novabuild.fr

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Ouverture de la Fabrique des projets au Mans

Situé boulevard Anatole-France, à proximité de l’Île-aux-Planches, l’immeuble de style moderne qui abrite La Fabrique a été construit en 1936 par l’architecte Raoul Cagnault. Avec La Fabrique – rêves de ville, Le Mans Métropole a souhaité créer un lieu d’information, d’exposition, d’échange et de débat autour de tout ce qui se rapporte au développement durable du territoire.
C’est un lieu ouvert à tous. La Fabrique – rêves de ville va permettre des échanges sur les évolutions possibles du territoire.

http://www.lemansmetropole.fr/lafabrique/

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Palmarès du Prix départemental « Aperçus 2019 » du CAUE 44

Les lauréats du PRIX APERÇUS 2019 ont été dévoilés lors de la soirée de remise des prix le 12 décembre. En présence de Philippe GROSVALET, président du Département de Loire-Atlantique, de Bernard GAGNET, président du CAUE, et de l'urbaniste Laurent THÉRY, président d'honneur du jury du CAUE. Trois prix et une mention spéciale ont récompensé la maîtrise d'ouvrage ainsi que la maîtrise d'œuvre.

Détails des prix en suivant ce lien : https://mailchi.mp/6e7e6262dfed/lactualit-du-caue-44-dcembre-2019?e=91ac197452

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Ville chaude VS Ville fraîche : échange débat le 28 janvier 2020 à Angers

Une matinée d'échange et débat sera organisée par l'Agence d'Urbanisme de la Région Angevine le 28 janvier 2020, à l'Institut Municipal d'Angers.

"La récurrence des épisodes de forte chaleur que connait notre territoire depuis plusieurs années n'est pas sans incidence sur la santé publique. Il est donc urgent d'intervenir sur les espaces habités !
Mais comment adapter les formes urbaines et l'architecture pour améliorer le confort thermique des habitants ?"

Programme :

https://www.aurangevine.org/production/echanges-debats/vue-detaillee/news/ville-chaude-vs-ville-fraiche-matins-de-laura/

 

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

7 novembre 2019 : Rencontre thématique sur la place de la nature en ville

A l’heure où les médias et le grand public s’emparent du sujet de la réintroduction de la nature dans tous les lieux de vie de notre société au regard du réchauffement climatique et de l’effondrement déjà perceptible de la biodiversité, les professionnels du paysage et de l’urbanisme du Grand Ouest se sont associés pour organiser un temps de débat portant sur l’évolution de nos pratiques face aux enjeux écologiques et les relations avec les usagers et les citoyens dans les modes de faire la ville.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Edito

La loi NOTRE a configuré une nouvelle carte du territoire pour celles des collectivités qui se sont engagées dans les regroupements. Après trois ans, les collectivités restent confrontées aux enjeux financiers, à l’organisation des services, à la mutualisation des équipements, au fonctionnement des institutions. Au-delà, la carte des nouvelles communes et nouvelles intercommunalités crée des opportunités de rationalisation de l’organisation territoriale au bénéfice des habitants –dans le domaine de l’habitat, de l’accès aux services, des mobilités, des polarités en site rural- : des enjeux de société forts ... Les élections de 2020, qui s’effectueront pour la première fois aux nouvelles échelles, vont favoriser l’abord de ces nouvelles stratégies territoriales. Ce sera un enjeu très important pour les professionnels de l’urbanisme dans toutes leurs modalités d’exercice.

Christophe Lesort

Président de l’AUGO