Actualités événement-métier

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Université d’été des Urbanistes à Châtellerault les 28, 29 et 30 août 2019

L’AUGO participe chaque année à l’Université d’Eté des urbanistes, moment de rencontre privilégié entre les professionnels organisé par le CFDU (Conseil Français des Urbanistes). Le thème de cette 23ème édition, « Ces villes qu’on dit moyennes », colle à un certain nombre de sujets d’actualité; elle prend place en interface de l’actuel « Plan Actions Cœur de Ville ». Elle est organisée cette année à Chatellerault, ce qui rend son accès aisé aux professionnels de nos régions.

4 ateliers ponctueront les débats :

NATURE : paysage, entrées de ville et agriculture,

NOVATION : attractivité, numérique, nouveaux mode de faire

COMMERCE : activités, coeur de ville, nouvelles tendances, reconquête des logements

ÉMOTION : design, patrimoine, santé, plaisir, aménités

Voir le programme joint et toutes les informations utiles :

https://sites.google.com/view/univ-urba-chatellerault/accueil

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Terres à (a)ménager

Les chiffres sont connus, presque trop familiers : chaque année, 65 000 ha de sol sont artificialisés, majoritairement du fait du développement des zones d’activité, puis de la progression de l’habitat individuel dans des zones où la vacance augmente, voire parfois où la population décroît.

L’union européenne a annoncé en 2011 l’objectif de « zéro artificialisation nette » en 2050 et la France a été le premier pays européen à lui emboîter le pas (via le Plan Biodiversité présenté en juillet 2018, il y a tout juste un an, par l’avant-dernier ministre de l’écologie, Nicolas Hulot). Un objectif ambitieux sans toutefois d’objectif ni horizon précis.

Le département de Loire-Atlantique a organisé le 17 juin dernier un colloque sur ce sujet, avec l’objectif d’explorer les outils, les acteurs et les coûts de méthodes qui oscillent entre l’aménagement vertueux et la renaturation (presque) impossible.

Car dans cette exhortation au zéro artificialisation nette, le « nette » interroge. Peut-on « désartificialiser » ? Ne risque-t-on pas de monter des « usines à gaz » de calculs et outils pour évaluer, compenser tout en perdant de vue que l’objectif principal est d’éviter ?

Sur le sujet de la renaturation, Marc Barra, écologue à l’agence régionale de la biodiversité d’île de France prône la multiplication des techniques et des initiatives, depuis les toitures végétalisées jusqu’à l’agriculture urbaine en maximisant la biodiversité.

Reforest’Action développe celle d’Akira Miyawaki, un botaniste japonais, qui permet de planter des forêts 30 fois plus denses que des forêts replantées, en un temps record (et pour des coûts très élevés) sur des terrains appauvris ou dégradés. Elles sont constituées de 30 à 100 espèces différentes et constituent de véritables réservoirs de biodiversité. De quoi nous faire croire au concept de « Nature en ville » voire de « Forêts urbaines » qui envahissent les discours politique en cette année pré-électorale. Son fondateur, Stéphane Hallaire reconnaît toutefois que, si ces démarches urbaines ne sont pas les plus efficaces, elles attirent la quasi-totalité des financements au détriment de projets ruraux...sans parler de ceux qu’il est urgent de développer en Afrique et en Asie, mais qui n’intéressent personne…

Alors, pourquoi ne pas essayer, chacun à sa mesure, sur son SCOT, son PLU, son lotissement ?

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Cities to be

L’AUGO est partenaire de Novabuild dans l’évènement “Cities to be” qui se tiendra cette année à Angers. Cet évènement offre des informations et des échanges sur les innovations aux échelles nationale et internationale dans la construction mais aussi l’aménagement des villes. C’est pourquoi l’AUGO, partenaire régulier de Novabuild, s’est associée à cette manifestation à laquelle elle encourage les urbanistes à participer (Programme joint).

https://www.citiestobe.eu/

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Alain Mélat

Alain Mélat est décédé le 20 juin dernier. De longue date, il s’est engagé professionnellement dans le domaine de l’urbanisme, soutenant la cause de l’urbanisme et la reconnaissance du rôle des urbanistes. Il s’est fortement investi dans les activités de la Société Française des Urbanistes (SFU), dont il a été l’animateur à l’échelle des Pays de Loire, et a été un des fondateurs de l’Association du Grand Ouest des Urbanistes (AUGO) réunissant des professionnels des Pays de Loire et de Bretagne. Il en a été président pendant de nombreuses années. Son militantisme professionnel l’a entrainé au niveau national dans la démarche « profession urbaniste » qui a été au fondement du Conseil Français des Urbanistes (CFDU). Tous ses interlocuteurs ont apprécié son aptitude au débat et aux échanges, avec toujours la pondération et la retenue de celui qui est capable d’écouter les autres, mais aussi de défendre ses convictions.

L’AUGO veut témoigner ici du souvenir gardé de lui et de son soutien à ses proches.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Consultations pour les marchés publics d’urbanisme / Rôle des urbanistes

Lors de consultations ou concours d’urbanisme, il apparait souhaitable que des professionnels de l’urbanisme soit présents dans les jurys, avec si possible voix délibérative.

Il y va de l’intérêt des maîtres d’ouvrage qui peuvent ainsi bénéficier d’un éclairage avisé et neutre pour aider à faire les bons choix.

Ce principe prévaut et est obligatoire pour les jurys de projets architecturaux où les architectes doivent constituer à minima 1/3 de la composition du jury.

Sans aller jusque-là, la présence au moins d’un professionnel de l’urbanisme devrait se généraliser pour tous les jurys concernant ce domaine. Il faut inviter les maîtres d’ouvrages, partout où nous le pouvons, à en faire un principe.

Où trouver ces « urbanistes » prêts à assurer ce rôle ? L’AUGO pourrait être le relais pertinent pour les maîtres d’ouvrage afin de proposer des professionnels correspondant aux spécificités des consultations concernées. Il s’agit alors de proposer un ou plusieurs noms, la désignation étant de la responsabilité du maître d’ouvrage et le professionnel choisi ne s’exprimant qu’en son nom propre (comme les architectes lors des jurys d’architecture).

Une indemnité pour de telles participations est légitime ; elle entre totalement dans une logique de service et est à définir entre les parties.

L’AUGO a été sollicité tout dernièrement par la commune de Montrevault-sur-Evre (49) pour un concours de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement des espaces publics du centre-ville de Saint Pierre Montlimart. A ce titre, Patrice Métivier (membre du CA de l’AUGO) a participé au jury qui réunissait également, en sus des élus, un architecte et une paysagiste. Cette configuration est particulièrement intéressante car elle apporte des regards professionnels complémentaires.

Donc, dès maintenant :

- Partout où chacun le peut, faire connaitre ce principe et inviter les maîtres d’ouvrage à contacter l’AUGO le plus en amont possible (étant entendu que l’AUGO n’est pas forcément la voie de passage obligée) ;

- Que chacun fasse savoir à l’AUGO s’il veut s’inscrire dans cette démarche en précisant le ou les thèmes sur lesquels il est le plus à même d’apporter une plus-value lors des jurys. Une petite « formation » interne pourrait être pertinente afin de doter chacun des bons outils à mettre en œuvre pour optimiser son rôle.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

“Cities to Be”, 8ème congrès international du bâtiment durable

l’AUGO est partenaire associé à “Cities to Be”, 8ème congrès international du bâtiment durable, qui se tient à Angers les 12 et 13 septembre 2019.

Celui-ci comportera un volet consacré aux villes et à à l’aménagement durable.

https://www.citiestobe.eu/

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

En marge du Grand Débat, une contribution de l’AUGO

Abordant des enjeux de société, Le Grand Débat soulève plusieurs sujets qui sont au cœur des travaux des urbanistes; certains autres thèmes mis au cœur de l’actualité depuis plusieurs mois, également. Les urbanistes participent à ces actions parce qu’ils sont en première ligne dans la conception des villes et territoires, et parce qu’ils travaillent sur ceux-ci dans une vision prospective Aussi l’AUGO tient-elle à apporter, en marge de ces débats, une contribution autour de deux thèmes  :

  • L’équilibre des territoires

  • La citoyenneté

 

  1. L’équilibre des territoires 

Les territoires vivent des problèmes réels, que l’aménagement a parfois contribué à générer : segmentation sociale et culturelle, répartition inégalitaire des services, dépendance des distances et de la mobilité, aberrations écologiques… La ville, et plus généralement le territoire, se construit dans la longue durée. Pour assumer ses nécessités sociales et environnementales (notamment définies par la COP21 pour ces dernières), les villes et territoires doivent être pensés en fonction du long terme. Les urbanistes, responsables en première ligne dans cette action, soulignent des impératifs qui doivent guider celle-ci :

  • Territoires urbains et territoires ruraux :

L’AUGO affirme la complémentarité des territoires urbains et des territoires ruraux :

Le territoire est une ressource rare, qui doit être préservée. La consommation pour l’urbanisation des terres agricoles d’une part, des espaces naturels d’autre-part, n’est plus supportable dans la durée.

Aujourd’hui, l’extension des aires urbaines pénètre profondément les espaces ruraux, créant une société urbaine en milieu rural. Les interdépendances qui en résultent demandent aussi des services adaptés aux modes de vie évitant la simplification normative, dans de vraies polarités secondaires, capables d’accueillir services publics et privés à l’échelle de leur territoire.

  • Un habitat durable :

L’habitation, au sens le plus large du terme, doit être prise en compte dans la durée. Elle doit intégrer dès l’origine les coûts de gestion et de fonctionnement, les coûts énergétiques, les coûts environnementaux. Ces informations doivent être intégrées et affichées comme des composantes des projets.

  • Les services et les cœurs de ville :

Les cœurs de ville et de bourgs associent la vie commune aux services tant publics que privés : ils sont facteurs d’économies de déplacements car ils sont les plus centraux, les plus accessibles à une desserte par transports publics. Ceci nécessite souvent d’adapter la configuration des centre-villes pour les accueillir; ceci nécessite de redéployer des politiques foncières en centre-villes. Ceci implique aussi de limiter drastiquement la déportation de services communs dans les périphéries –notamment les commerces.

  • La mobilité :

La mobilité n’est pas un service, elle est le continuum de l’espace public lorsque celui-ci s’étend : le transport public est la condition d’extension des territoires. Il faut cesser de bâtir des secteurs qui ne seront jamais desservis, il faut conditionner la construction urbaine à l’accessibilité.

  • Nature et aménagement :

La nature n’est pas un complément d’âme des territoires, mais un élément à part entière de la vie qui s’y déploie. La nature en ville participe de l’existence de la biodiversité en site urbain ; elle contribue de manière globale aux économies d’énergie et à la minoration des pollutions et nuisances. A ce titre, elle ne doit pas constituer un service dans l’aménagement mais un impératif, à prendre en compte dès la définition des projets. En site rural, les continuités écologiques sont des éléments constitutifs de la vie du territoire ; elles doivent s’imposer aux actions d’aménagement tant urbaines qu’agricoles.

2. Citoyenneté et aménagement des territoires : Associer les habitants à la construction de leur territoire 

Les habitants se sentent toujours plus éloignés des décisions concernant l’aménagement de leur habitat et de leur environnement. Ils le supportent de moins en moins compte tenu de la proximité de ces actions avec leur quotidien, de la portée limitée des concertations obligatoires, de la méfiance envers décideurs et techniciens, et des erreurs qu’ils estiment constater. Or, l’aménagement et la construction figurent parmi les sujets les plus à leur portée pour agir. Les concertations légales sont le plus souvent inopérantes. Une démarche différente doit être développée :

  • Le pari de l’intelligence et de la responsabilité :

Les citoyens sont légitimes à participer aux projets, et ils sont nécessaires. Le bien-vivre ensemble implique que les citoyens soient associés aux projets dès l’origine. Leur capacité à peser dans les décisions suppose qu’ils aient une information complète et continue, de la conception à la mise en œuvre.

L’information sur les projets est trop souvent confinée dans des exercices de communication qui considèrent le public plus comme un consommateur que comme un citoyen. Il n’est plus acceptable que des éléments d’un projet ou de ses impacts soient dissimulés ou travestis dans une communication altérée. L’information vise à permettre au citoyen d’appréhender enjeux et arbitrages. Pour être crédible, l’information doit être indépendante et dégagée des directives de la maitrise d’ouvrage, et rendue accessible à tous.

L’information doit comprendre tous les aspects du projet, en particulier l’évaluation des impacts en matière de coûts de fonctionnement et de gestion, les coûts énergétiques, les coûts environnementaux et de santé.

  • Une formation citoyenne :

L’appréhension de l’information sur les projets demande qu’une formation dans ces domaines soit ouverte aux citoyens, que ce soit dès l’école, ou en accompagnement des projets.

  • Remplacer les concertations obligatoires par une association au projet et une information indépendante :

L’enquête publique est un acte accessoire aux projets ne permettant pas de peser sur ceux-ci. La concertation légale est, elle, bien trop limitée et trop tardive. Les citoyens ne doivent pas être consultés, ils doivent être associés aux projets dans des conditions leur permettant d’y apporter leur expertise de citoyens et d’usagers en amont des décisions.

Les urbanistes sont prêts à participer à tous les actes de mise à disposition du public, de formation, et d’information indépendante, auprès des citoyens.

Texte de la contribution de l'AUGO

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

6èmes Assises Nationales de la qualification des Urbanistes PERPIGNAN 22 et 23 Mars

Les 6èmes assises nationales de la qualification des urbanistes se dérouleront les 22 et 23 mars 2019 à Perpignan. Les inscriptions sont à effectuer sur le site de l'OPQU : https://www.opqu.org/

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Master urbaniste certifié

En décembre dernier le diplome national de master urbanisme et aménagement a été reconnu au répertoire national des certifications professionnelles. Ceci permet de reconnaitre - enfin - le métier d'urbaniste, au moins pour ceux, de plus en plus nombreux, qui ont effectué le cursus de formation reconnu et obtenu le diplome. C'est une étape importante que nous saluons et qui a été rendu possible par le développement d'un arsenal de formations de qualité dans le paysage universitaire français. Le débat pour la reconnaissance des professionnels qui ont développé cette compétence par d'autres filières de formation et/ou une pratique professionnelle avérée, et qui sont notamment nombreux dans l'urbanisme de projet, reste à stabiliser: l'Office Professionnel de Qualification de l'Urbanisme joue ce role depuis plus de 20 ans, mais la reconnaissance du titre n'est pas encore aujourd'hui actée pour donner entière lisibilité de la profession.

archiurbagdWest PararchiurbagdWest

Echanges urbains 20 novembre 2018 – Toulouse

Organisées par les associations APUMP OCCITANIE (Association des Professionnels de l’Urbanisme Midi-Pyrénées Occitanie) et UOM (Urbanistes d’Occitanie Méditerranée), les « sœurs » de l’AUGO pour le sud-est de la France, ces sixièmes rencontres se sont déroulées au centre des congrès de Toulouse, le 20 novembre 2018.

De l’ordre de 500 personnes se sont retrouvées pour des échanges simultanées (4 salles) sur des sujets aussi divers que :

  •  Projets de territoire et politique de l’habitat
  •  Nature en ville et préservation de la ressource
  •  Espaces publics
  •  Démarches de participation, méthodes et processus
  •  Renouvellement urbain
  •  Nouveaux quartiers et écoquartiers.

Au total, 40 projets et/ou démarches ont pu être exposés par leurs protagonistes (professionnels de l’urbanisme, élus, partenaires institutionnels ou associatifs,…). 40 minutes par sujet, dont 10 mn de questions/réponses… et on tourne ! Et oui, 40 fois 40…

Pour le participant, le choix a été cornélien entre la diversité des sujets tous plus intéressants les uns que les autres !

Bref, un moment d’échange professionnel très riche dans une ambiance toute conviviale…

A quand une telle manifestation dans notre Grand Ouest ?

A Toulouse, Patrice Métivier, reporteur auto-proclamé